Aller au contenu

La rentrée des poux

Qu'est-ce qu'un pou, comment les détecter et les traiter, quels sont les moyens disponibles pour assurer la prévention de l'infestation.... Voici quelques-unes des nombreuses questions auxquelles ce dossier très complet veut répondre.

Les différents poux humains


Chaque variété de pou a son terrain de prédilection, examinons les un par un :


Le pou du pubis




On l'appelle le plus souvent morpion et il est responsable de la pédiculose du pubis ou phtiriase. Il touche principalement les adolescents et les jeunes adultes et se transmet généralement lors des rapports sexuels.


Le type de pattes crochues et la forme plus trapue du corps le différencie du pou de la tête. Les pinces du morpion sont plus grandes, il trouve refuge sur les poils plus épais du pubis, de la barbe ou des sourcils. Le morpion ne se retrouve pas sur le cuir chevelu car les cheveux sont trop fins pour lui.


Le pou du corps





Le pou du corps n'est présent que chez les personnes qui manquent nettement d'hygiène (quart monde, sans-abri ou conditions de vie précaires). Contrairement aux autre poux, il ne passe sur le corps que pour se nourrir et vit dans les vêtements.

Le pou du cuir chevelu



Il est responsable de la pédiculose du cuir chevelu. Ses pinces plus petites sont adaptées aux cheveux qui sont plus fins que les autres poils. L'animal vivant ne survivra pas plus de 24 heures sur un vêtement


C'est le pou femelle qui se nourrit de sang. Il injecte une substance anti-coagulante lors de la piqûre pour faciliter l'absorption du sang. C'est cette substance qui déclenche l'allergie responsable des démangeaisons du cuir chevelu.


Et les poux des animaux?




Nos animaux de compagnie peuvent également être infestés par les poux mais il n'y a pas de transmission vers l'homme, le sang humain ne leur convenant absolument pas.


Carte d'identitée du poux





Nom : Pediculis humanis capitis    Famille : insectes hématophages


Caractéristiques :



  • 3 paires de pattes munies de crochets qui lui permettent de s’agripper au cheveu.

  • se nourrit exclusivement de sang 5 à 6 fois par jour (surtout la femelle pour pondre).

  • gris à jeun et rougeâtre après son repas.


Taille :



  • petite tête et abdomen volumineux.

  • il mesure de 1,5 à 2,5 mm. Le mâle est plus petit que la femelle.


Où le trouve-t-on ?


Dans les cheveux humains et particulièrement chez les enfants scolarisés de 3 à 11 ans et fréquentant les mouvements de jeunesses.


Déplacement :


Les poux peuvent se déplacer rapidement à plus de 30 cm par minute mais sans sauter.


Le cycle de vie du pou





  • Le pou vit environ 30 jours près de la racine des cheveux.

  • En-dehors de la tête qui est son milieu naturel chaud et humide (entre 28°C et 32°C), il meurt après 24 heures.

  • Le pou résiste à une immersion prolongée d’où la possibilité d’infestation en piscine.

  • Enfin, le pou meurt également par la chaleur sèche ou l’eau chaude à 50°C mais seulement après 30 minutes.


Les lentes



  • Un pou femelle peut pondre jusqu’à 10 lentes par jour et plus de 300 lentes sur une vie

  • Les lentes sont déposées à 4 mm du cuir chevelu et solidement fixées aux cheveux par une espèce de colle.

  • Deux à trois semaines s’écoulent entre deux générations de poux.

  • Les lentes éclosent après 8 à 10 jours et le pou devient adulte après 10 jours et 3 mues.

  • C’est alors qu’il peut jouer son rôle de reproducteur.

  • Deux à trois semaines s’écoulent entre deux générations de poux.   


1. Lente à 1/2 jours


2. Lente à 5/6 jours


3. Jeune adulte





 

Comment faire la distinction entre lentes vivantes et lentes mortes ?


Les lentes vivantes :


sont des « œufs » de couleur grisâtre qui ressemblent à des pellicules gonflées, luisantes et translucides. Se retrouvent en dessous de 1,3 mm du cuir chevelu.




Les lentes mortes :


sont plus blanches et desséchées, se retrouvent à plus de 20 mm du cuir chevelu.

Symptômes de l'infestation


Les symptômes de l'infestation par les poux (pédiculose)



Les poux restent une hantise pour de nombreux parents. De plus, depuis plusieurs années, la pédiculose semble faire un retour en force principalement dans les villes, avec des prévalences de 5 à 10% ou plus en milieu scolaire. Il convient donc d’être vigilant et de vérifier le cuir chevelu de ses enfants à la moindre suspicion.


Même si une bonne moitié des enfants touchés par la pédiculose ne se plaignent pas, des démangeaisons intenses sont les principaux signaux d’alerte à prendre au sérieux. Quand un enfant se gratte la tête de manière répétée, on peut suspecter la présence de poux et procéder à un examen minutieux aux endroits stratégiques (dessus du crâne  et derrière les oreilles).




Le prurit provoqué par la piqûre lorsque le pou se nourrit de sang, plusieurs fois par jour, signe la pédiculose.


Le diagnostic est évident quand les démangeaisons sont localisées sur le haut de la nuque. Sur les cheveux, on découvre les lentes.




Des plaques rouges et formant des squames résultant du grattage confirment le diagnostic.


Un impétigo, secondaire aux lésions de grattage, peut apparaître. Cette surinfection bactérienne doit être prise en charge simultanément au traitement de la pédiculose. Rarement, l’enfant a une inflammation d'un ganglion lymphatique cervical. En revanche, il peut présenter des signes de fatigue ou de nervosité


 Détection des poux


Détection de la pédiculose


Il y a 3 moyens pour détecter la pédiculose:


1. L’inspection visuelle et manuelle


2. L’inspection au moyen du peignage à sec


3. L’inspection au moyen du peignage humide


1. L’inspection visuelle et manuelle


Cette méthode est évidemment la plus connue. Avec les doigts, il convient d’examiner en priorité la racine des cheveux situés dans les zones les plus aérées et humides de la tête, comme la nuque et les zones à l’arrière des oreilles.




L’inspection visuelle est peu efficace car :



  • les poux foncés ne sont pas facilement identifiables dans des cheveux foncés.

  • les poux se déplacent assez rapidement et se cachent de la lumière.

  • la plupart des patients n’ont pas beaucoup de poux sur leurs têtes (1 à 10 poux par tête.

  • on peut confondre les pellicules, les lentes mortes et les lentes vivantes entre elles.


Enfin, il convient d’avoir une bonne vue de près.


2. L’inspection au moyen du peignage à sec




Cette inspection se réalise au moyen d’un peigne à poux (de préférence en métal et à dents serrées) sur cheveux secs .


Les cheveux sont peignés en partant de la base et en remontant vers la pointe.


Le peigne est tenu parallèle au cuir chevelu, le peignage s'effectue en partant des zones humides (nuque et tour de l'oreille) et en remontant vers le sommet du crâne.


3. L’inspection au moyen du peignage humide





Cette méthode est assez laborieuse et peut souvent prendre entre 10 à 15 minutes. elle est pourtant, aujourd’hui, la plus efficace.


Quelles sont les recommandations ?



  • Les cheveux sont humidifiés (on peut aussi recourir à l’utilisation d’un conditionner (shampooing démêlant) lors du lavage des cheveux) et sont démêlés à l’aide d’un peigne ordinaire.

  • Les cheveux sont alors peignés avec le peigne à poux comme décrit précédemment.

  • Le peigne à poux est inspecté ou essuyé régulièrement au moyen d’une serviette blanche afin de constater la présence de poux.


Traitements disponibles


Les traitements disponibles


Il existe de nombreux traitements de la pédiculose. Le Centre Belge D’Information Pharmacothérapeutique recommande les pyréthrines de synthèse et les organophosphorés. Examinons ceux-ci en commençant cependant par les pyréthrines naturelles



  • Les pyréthrines naturelles

  • Les pyréthroides

  • les organophosphorés


Les pyréthrines naturelles


Le pyrèthre est un insecticide naturel utilisé pour lutter contre les insectes domestiques nuisibles.


Il est produit par les fleurs de chrysanthèmes (Chrysanthemum Cinerariaefolium), plante de la famille des composés vivaces. La tête de la fleur de chrysanthème contient naturellement 6 composés insecticides appelés pyréthrines qu’elles produit afin de se protéger des insectes phytophages.


Néanmoins, les pyréthrines naturelles sont les antiparasitaires les moins efficaces ; elles ont en outre une très faible activité lenticide.


De par leur instabilité à la lumière, elles perdent leur efficacité dans les 24 heures.


Leur activité peut-être améliorée par l’adjonction de pipéronyl butoxide, mais l’efficacité reste insuffisante.


C’est la raison pour laquelle on a commercialisé une série de pyréthrines synthétiques : les pyréthroïdes.


Les pyréthroides




Il sont beaucoup plus stables que les pyréthrines naturelles.


Elles se fixent à la couche lipidique de la membrane de la cellule nerveuse du pou et perturbent les échanges d’ions sodium et potassium.


Cela entraîne des décharges nerveuses répétitives conduisant à une paralysie, la mort de l’insecte ou de sa larve.




Les pyréthroides tels que la d-phénotrine (Kapil’air® shampooing, Item®,…), la perméthrine ( Shampoux®, Quellada®,…) et la dépalléthrine (Para® shampooing,…) sont des pédiculicides souvent utilisés et aussi le plus souvent commercialisés en association avec le pipéronyl butoxide, agent de synergie.




Celui-ci agit en diminuant leur dégradation et en potentialisant leur effet.


L’action des insecticides a pour but de tuer les poux et les larves dans les lentes. Or, au cours de leur phase initiale, les lentes n’ont pas de système nerveux. Une lente a 6 à 8 petits orifices par lesquels elle respire. Ces orifices sont imperméables à l’eau. Si on désire la détruire, il faut donc l’intoxiquer par des constituants actifs pouvant pénétrer par les orifices de la lente. Les pyréthroïdes ont cette possibilité.


Aucune de ces substances n’est enregistrée comme « médicament ».


Les organophosphorés




Il s’agit de produits contenant du carbone et du phosphore.


Le malathion (Radikal®, Prioderm®,…) fait partie de cette catégorie de produits. Son action a pour effet d’inhiber l’acétylcholinestérase, enzyme participant à la circulation de l’influx nerveux. Il élimine ainsi les poux en provoquant un grave dysfonctionnement de leur système nerveux, la paralysie et in fine la mort du pou. Quant à la lente, le malathion inhibe son oxygénation.  


C’est l’un des produits les moins toxiques pour l’homme car , après résorption par la peau, il est rapidement métabolisé et inactivé.


Le malathion est enregistré comme médicament.


Comparaison des traitements disponibles


Pyréthrines naturelles


Avantages

> non toxique


> faible absorption au travers de la peau


> peu d'effets secondaires


 


Inconvénients

> efficacité insuffisante


> un usage fréquent peut irriter la peau


Pyréthroïdes (avantages) :

> faible absorption au